Le TREG, découvrez le Tchad et la splendide région de l’Ennedi avec ce Trail

L'Ennedi, une région à explorer

Le TREG, un nouveau nom pour qualifier cette discipline dans le running. Il s’agit de la contraction des mots « TRAIL » et « REG ». Le premier correspond aux courses nature et le second désigne les fascinants espaces désertiques. Voilà le pitch de cette épreuve sur les terres Tchadiennes. Plus d’infos ici.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

La tragédie du dossard 512, vivez l’UTMB en tant que spectateur avec Yohann Metay !

Yohann Metay vous dit tout sur les coulisses du trail

Coup de projecteur ce matin sur La tragédie du dossard 512, un one man show décapant sur l’UTMB et le trail en général joué par un finisher de cette course mythique, Yohann Metay. Si vous ne connaissez pas encore et que vous êtes dans le sud-est ces prochains jours, n’hésitez plus! Il se produit jusqu’à la fin du mois du coté d’Avignon. Infos.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Diadora signe son retour sur le marché avec la N2100 !

La Diadora N2100 testé par Ludo

Ce matin, Ludo nous fait découvrir la Diadora N2100, nouveau modèle de la marque Italienne qui souhaite revenir sur le marché de la course à pied dès cette année. Compte Rendu de Test.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Retour en Vidéo sur le 10km l’Equipe avec la team Puma !

Ce matin, la marque Allemande nous propose un petit reportage dans les coulisses de la team Puma mise en place à l’occasion du 10km l’Equipe en Juin dernier. Retour en vidéo.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Emelie Forsberg et François D’Haene s’imposent sur l’Ice Trail Tarentaise !

François d'Haene en route vers un nouveau succès ! (Droz Photos)

Dimanche 13 juillet, Val d’Isère a accueilli la troisième édition de l’Ice Trail Tarentaise Mizuno organisée par l’association Trailers Pays de Savoie. Le 65 km était le support de la 2ème étape des Skyrunner World Series catégorie Ultra. Retour sur cette épreuve et sur le 32km.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

80km du Mont-Blanc, Ludo nous raconte sa course

Ludo a participé aux 80km du Mont-Blanc, il nous raconte son périple! Un périple plus long que prévu.

Ca y est ! C’est parti ! Le week-end que nous attendons depuis de long mois !

Ces mois qui font suite au stress de l’inscription, pour l’obtention de nos précieux sésames partis en quelques heures.

Ces mois et ces jours pour lesquels nous avons sacrifié nombre de grasses matinées, d’apéros, de sorties nocturnes entre potes, ou tout simplement de moments de détentes en famille.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Le marathon des Burons, une course inoubliable.

Le marathon des Burons, une course inoubliable.

Voici le compte-rendu de mon week-end à Nasbinals dans le cadre du Trail en Aubrac. Je vous le livre tel que je l’ai vécu, sans détours. J’espère que vous ressentirez ce que j’ai vécu car pour moi, ce fût vraiment un très beau moment de rencontres, de partages et de sport. Bonne lecture !!!

Par où commencer pour résumer ce formidable week-end trail en Aubrac ?

Eh bien, tout d’abord, je voudrais remercier TEAM ENERGIE de m’avoir permis de découvrir l’Aubrac et de participer à cette course.

Concernant ce run, j’aborde cet événement en toute décontraction, en effet, 15 jours après ma défaillance et ma déshydratation au 32km des Voleurs de Temps à Ambazac, je ne connais pas trop mon état de forme. Il faut dire que lors de ces 15 jours de transition, je n’ai effectué qu’un footing de 40mn et une sortie VTT d’une heure et rien de plus, contrairement à ma préparation des GVT qui a été rigoureuse tant au niveau athlétique que nutritionnelle. Mais sur les conseils de Julien, la priorité était à la récupération sans travail de qualité mais juste de l’entretien. Bon, j’ai peut-être trop appliqué ses conseils, la réponse…, à la fin de la course bien sûr.

Un long voyage m’attend en voiture. Mes affaires sont prêtes, je pars vers 8h. Au bout de 6 heures de route, je quitte l’autoroute pour pénétrer le cœur de l’Aubrac, et là, le paysage est bluffant, c’est la 1ère fois que je viens dans cette région, mise à part Millau bien sûr qui n’est qu’à 100km, mais rien à voir avec les Causses, là c’est un océan de verdure à perte de vue qui s’ouvre devant moi, c’est magnifique. A 1ère vue, ça n’a pas l’air très vallonné mais en me rapprochant de Nasbinals, je me rends compte rapidement que je me trompe.

Voilà, me voici enfin arrivé à Nasbinals, première chose à faire, récupérer mon dossard, ça tombe bien, pas grand monde en début d’après-midi sauf mon ami Chauchau qui prend ses marques, petite discussion, et retrait du dossard, en cadeau, un coupe-vent Kalenji, sponsor de l’événement, sympa, ça change des traditionnels t-shirts. Le village est très joli, je décide de faire une petite promenade tout en recherchant de l’ombre car il fait très chaud, 28°C. De retour sur le site de la course, je croise Julien Bartoli, du team Kalenji, petit échange sympa. Je continue mon chemin et là, je rencontre Gilles Bertrand, l’organisateur de ce week-end trail ainsi que du fameux Festival des Templiers. Nous nous installons à l’ombre pour discuter et sommes vite rejoins par Christophe Rochotte, journaliste VO2 et Dominique « Chauchau » Chauvelier. Discussion de 45mn sur le trail bien sûr, mais également sur l’athlétisme en général. Après ce sympathique moment d’échange en toute simplicité, Dominique, Christophe et moi décidons de prolonger ce moment autour d’un verre au bistrot du coin. Nous retrouvons alors Kévin, le fils de Gilles qui est en charge également de l’organisation et vite rejoint aussi par Frédérique, une amie de Dominique, qui tient une boutique « Rando Running » à Bondues dans le Nord. Nous ne voyons pas le temps passé, 1h30 et 3 verres plus tard (jus de fruits et eau gazeuse pour moi), nous nous quittons pour prendre des forces et nous reposer. En repartant, je retrouve enfin Ludovic  Calastrenc, le routard vendéen du team Kalenji, il est en forme, ça fait plaisir. Avant la Pasta party, je croise Philippe Propage, discussion encore une fois très sympa et en toute simplicité. Sur le chemin de la pasta, nous croisons Jérémy Pignard, au menu, petite discussion et photo souvenir.

Le repas avalé, avant d’aller au lit, je fais pratiquement 10 bornes en voiture pour capter du réseau, et oui, seul les abonnés à l’opérateur historique ont du réseau sur Nasbinals. Je réussi à contacter mes proches, au programme de cette soirée d’été pour eux, fête de la musique, mais pour moi, pas de fête, c’est au dodo.

Dimanche, lever à 6h15, collation, préparation du matériel, du liquide et solide puis direction la ligne de départ où je reconnais Badia El Harifi vainqueur des Voleurs de Temps 15 jours plus tôt, bref échange, de même avec Jérémy Pignard. Pas trop le temps de s’attarder, 7h15, le départ est donné. Je pars tranquillement, de toute façon, je n’ai pas d’objectif sur cette course mise à part la terminer bien sûr. Pour tout de suite se mettre au parfum, les 7 premiers km sont en montée pratiquement jusqu’au village d’Aubrac. Pour y arriver, les chemins de pierres me rappellent qu’il faudra bien être vigilant tout le long du parcours. Pour le moment, la fraîcheur est agréable et les passages en sous-bois permettent de rester frais. Les 9km suivants sont relativement roulants, je fais attention à bien m’hydrater et m’alimenter, je suis satisfait, car pour le moment, ça passe bien.

J’ai une bonne allure lors de la longue descente vers le village de St Chely, lieu du 1er ravitaillement qui marque également la mi-course. Ce 1er semi est très agréable et je suis bien, je ne souffre pas mise à part une petite gêne au genou droit mais pour le moment, je ne m’inquiète pas.

J’aperçois le ravito en contre-bas et juste avant, je suis tout près de me tromper de chemin mais je me fais diriger par un enfant qui était au bon endroit, je lui envoie un petit signe du pouce pour le remercier, sympa !

Le ravito arrive à pic, je commençais à manquer d’eau. J’avale une mini-bouteille d’eau gazeuse, un morceau de banane, un pain d’épices, un gobelet d’eau et un tuc. Ce qui me frappe le plus, c’est que nous sommes en plein soleil et ce n’est pas très agréable. Je repars tranquillement, traverse le village où la terrasse du bistrot du village est noire de monde, le petit pont à la sortie du village sera le dernier passage plat avant la grosse difficulté de la course, la très longue montée de 7km.

Un petit groupe de 7-8 coureurs se forme, je décide de m’y coller afin de garder le rythme. La longue transhumance débute, elle va durer 1 heure, dur dur, la petite gêne au genou droit s’intensifie et devient douloureuse. Pour penser à autre chose, je branche mon mp3 et prends le temps de contempler le magnifique paysage d’Aubrac.

Enfin arrivé au sommet de cette belle montée, je repars doucement mais ne peut accélérer avec le genou qui me gêne, pas grave, je cours quand même sur le petit kilomètre en légère descente.

29ème km, 2ème grosse montée, seulement 2km mais bien raide, je remonte la piste noire de ski qui nous amène au second ravitaillement. A ce moment-là, je me demande pourquoi les remontées mécanique ne fonctionne pas (sic), mais allez c’est parti, et les derniers hectomètres sont bien compliqués.

Me voilà arrivé, le ravito arrive également à pic, et là, le confort…, un muret à l’ombre et je trouve une place, je prends le temps de récupérer. Je me ravitaille, un peu plus de salée, ça fait du bien.

J’avale une nouvelle mini-bouteille d’eau gazeuse, je fais le plein en eau de mes bidons et ça repart !

Les 6 prochains km ne sont pas compliqués mais ma douleur au genou droit s’intensifie, je serre les dents par moment et je sens que je compense avec l’autre jambe. Je ne cours plus, je trottine. J’alterne un peu avec de la marche même. Je sens que les 10 derniers km vont être longs, en plein soleil en plus, la température avoisine les 30°C. Allez allez, je me remotive et au loin je reconnais Yves-Marie Quemeneur qui mitraille chaque coureur, il me reconnait et sors son gros objectif, je fais bonne figure pour la photo. Je m’arrête 2mn pour discuter, il commence à rougir lui aussi, il est installé en plein soleil. Il m’annonce la dernière difficulté du circuit dans quelques km, texto : « tu verras elle est terrible mais ne fait que 2OOm !!! », en fait, elle fera 400m.

Je souffre de plus en plus, et maintenant j’ai une douleur aux 2 genoux, mes tendons sont en feu.

Je ne peux à peine trottiner. Il reste 5km et je ne prends plus beaucoup de plaisir et je serre les dents.

Je ressens vraiment ma course à Ambazac 15 jours plus tôt. Dommage car aujourd’hui, je ne suis pas malade et je me ravitaille bien mais la fatigue est bien là et l’enchainement est trop important.

Moi qui ne faisais que des courses de 20 bornes il y a à peine 1 an et là, j’accumule 75km en 15 jours.

Il reste à peine 2km et je fais déjà le bilan et je me remets en question. J’aurai encore beaucoup appris aujourd’hui.

Le temps de bien réfléchir et j’aperçois les spectateurs qui sont près de l’arrivée, j’entends Dominique au micro, l’arrivée est imminente, le sourire est là, je suis heureux malgré la souffrance, oui heureux de terminer mon 3ème « long » trail de l’année, après l’Eco-Trail de Paris et Les Voleurs de Temps à Ambazac.

Ca y est, je franchis l’arrivée, je reste sur la ligne pour savourer, une accolade avec Dominique et je vais vite m’assoir à l’ombre.

5mn après, je vais au ravitaillement de fin de course, je prends que de l’eau pour le moment, je trouve un petit coin d’ombre au pied d’une grande demeure, je décide de m’y installer pour récupérer. Au bout de 10mn, j’aperçois Thierry Breuil qui s’affaire à charger, décharger des cartons pour le stand Kalenji, nos regards se croisent, du coup, la discussion s’engage autour de ma course, son état de santé, ses projets, bref, on s’éternise.

Au bout d’un moment, nous décidons d’aller déjeuner, je retrouve Frédérique et ses amis du club d’Hem Athlétic Club, club du Nord,  au menu la fameuse spécialité de l’Aveyron, l’aligot, ce mélange de purée de pomme de terre et de tome fraîche qu’il faut travailler et retravailler pour obtenir la texture parfaite, et cela accompagné d’une belle saucisse, bon, sur le coup, faut pas faire attention à la nutrition mais ça fait du bien au moral.

Nous faisons connaissance et le repas est très agréable, Dominique nous rejoint, et il est déjà l’heure de se quitter.

« Chauchau » et moi remontons au village et sur le chemin, nous nous arrêtons au bord d’une fontaine et faisons sauter les running, séance de cryothérapie improvisée. 10 mn, ça fait trop du bien. Mais il est l’heure que nos chemins se séparent, ils me restent 650 bornes à faire.

Je me mets en route et au bout d’1h15, je vois un beau panneau sur l’autoroute près de Clermond-Ferrand, « Le Mont Dore, le puy du Sancy », tiens tiens, ça me fait penser à un beau trail à faire, n’est-ce pas Patrick et Fabien….

Je crois que je sais où je vais me rendre début septembre…

Bon pour le moment, place à la récup.

Matthieu pour Running Café.

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Méthode McKenzie : La thérapie mécanique au secours du sportif

Le diagnostic et thérapie mécanique (aussi appelé méthode McKenzie ou M.D.T.) est reconnu par de nombreux spécialistes comme le meilleur système pour traiter les douleurs de la colonne vertébrale, sciatiques et autres névralgies cervicobrachiales. Explications par Thomas REGNIER (Kinésithérapeute D.E. certifié en diagnostic et thérapie mécanique).

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Les bénéfices de ne pas courir en compétition!

Courir sans compétitions!

Sur les 8 millions de coureurs en France, nombre d’entre eux ne participent jamais à des courses et n’en ressentent même pas le besoin. Cela est impensable pour certains, tant au niveau de la motivation que de l’approche de ce sport. Voilà quelques pistes permettant de comprendre comment ils restent motivés.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter

Les foulées du Gois, une course unique au monde

La légende des foulées du Gois

Ce dimanche, nous vous emmenons en Vendée pour une course exceptionnelle au milieu de l’océan, les foulées du Gois. Running Cafe couvrira l’évènement qui se déroulera le 5 juillet prochain. Découverte.

More >

Share this:
Share this page via Email Share this page via Facebook Share this page via Twitter